LA DÉPÊCHE DE LAURENT                  

© Laurent OCCELLITous droits réservés. Utilisation des textes et photos interdite sans autorisation.

 

 

           

         PARLONS DU PAYS

            

         #  Retrouvez mes articles du "coin des herbes" tous les vendredis sur le bi-hebdomadaire  LA DÉPÊCHE D'AUVERGNE.

           

         #  Écoutez-moi tous les samedis à 11h. pour "le brin d'herbe" sur  RADIO MARGERIDE.

         

             http://www.radiomargeride.com

     

        #  COURS DE CHINOIS

Dans le cadre de l'Université Inter-âges de la haute Auvergne, j'anime un atelier bi-mensuel de langue chinoise (mandarin) à la maison des associations, place de la paix, à Aurillac, le mardi de 18h à 20h. Prochain cours: le mardi 6 janvier 2009. Inscription possible jusqu'au 15 janvier. Tarif: 70€ pour l'année. Renseignements au 04-71-48-89-89.

            http://www.uiha.fr

 

           LES ANIMATIONS DE RUYNES-EN-MARGERIDE

  

                                                                             

                    

                                          

ÉCOMUSÉE DE MARGERIDE HAUTE-AUVERGNE 
BP 5 - 15320 RUYNES-EN-MARGERIDE
Tél/fax : 04.71.23.42.96
ecomusee-margeride@wanadoo.fr

Ouverture des sites (hors animations):

- Du 01/06 au 30/06 et du 01/09 au 30/09 du 14h à 18h tous les jours
- Du 01/07 au 31/08 de 10h à 13h et de 15h à 19h tous les jours
- Toutes l'année pour les groupes sur réservation

                          

Le Jardin de Saint-Martin:
 

            Au pied du donjon du XIIème siècle qui domine le bourg de Ruynes en Margeride, le jardin de Saint Martin nous fait découvrir les associations végétales typiques de la Margeride, ainsi que des plantes médicinales et comestibles, des vieilles variétés de légumes parfois oubliées, sans oublier l'histoire des passionnantes cueillettes de lichens, narcisses, myrtilles ou champignons...


 

L'école de Clémence Fontille:
 

            En 1870, l’école du hameau de Signalauze situé sur la commune de Ruynes-en-Margeride accueille ses premiers élèves. D’abord école privée de filles,  elle devint école publique mixte en 1873. En 1983, alors qu’elle ne compte plus que quatre élèves, elle ferme ses portes.
Ce lieu qui porte le nom de l’institutrice appréciée des élèves du début du siècle, raconte une journée de classe des années 30, au temps de l’encre violette, de la morale, des ardoises et des blouses grises...

 

La Ferme de Pierre Allègre:
 

            Au cœur du village de Loubaresse, la Ferme de Pierre Allègre est une invitation à la découverte et au partage de la vie quotidienne d'une famille paysanne de la Margeride au XIXè siècle.

                     

ANIMATIONS


Les lundis : La ferme de mon village
Une visite qui sort des murs de la ferme pour découvrir Loubaresse, son église, son histoire. Rendez-vous à la ferme de Pierre Allègre, à partir de 15h. Entrées: Adultes: 4 €, Enfants : 3 €

Les mardis et jeudis : Dictées et problèmes
L'encre violette, la plume et le bon point ! Rendez-vous à l'école de Clémence Fontille, à Signalauze, à partir de 11h. Tarifs: adultes: 4 €,  enfants: 3 €.

Les mercredis : Le pain à la ferme
Venez découvrir la saveur du pain d'antan. Fabrication et dégustation du pain. Rendez-vous à la ferme de Pierre Allègre, à partir de 12h. Entrée: Adultes: 4 € , Enfants: 3 €.

Les vendredis : Les vendredis du jardin
Passionnant voyage au pays des plantes où les visiteurs découvriront l'histoire du jardin et les paysages qui l'entourent. Rendez-vous au jardin de Saint-Martin, à Ruynes, à partir de 15h. Entrée: adultes : 4 €, Enfants : 3 €.

 

Office de Tourisme
15320 Ruynes-en-Margeride
Tél.: 04.71.23.43.32  /  Fax : 04.71.23.45.80
 info@margeride-

      http://www.margeride-truyere.com

 

 

          

 

       LE COIN DES PLANTES

 

 

 

           Photo 1: Branche de houx.

                                                                 

 


 

 


LE 
HOUX


 


 

Tout le monde connaît le houx, avec ses jolies baies rouges qui contrastent à merveille avec le vert foncé de ses feuilles épineuses et luisantes ! Il est assez commun dans les sous-bois jusqu'à 1500 m. d'altitude, même s'il est souvent victime de cueillette abusive!

Les feuilles de houx servent à confectionner une décoction très amère douée de vertus fébrifuges, antispasmodiques, anti-diarrhéiques, diaphorétiques. On l'utilisait pour faciliter l'élimination des sécrétions dans les rhumatismes et les états fébriles, dans les catarrhes et engorgements des voies respiratoires. Les fruits sont purgatifs et émétiques. Toxiques, ils entraînent de violentes gastro-entérites. Les merles, les grives et autres oiseaux en sont friands et disséminent les graines. C'est pourtant à partir de la seconde écorce du houx qu'on fabrique la glu pour les piéger...

De croissance très lente, le houx peut atteindre 10 m. de hauteur et vivre jusqu'à 300 ans. Son bois très dur est employé en ébénisterie pour la création de divers objets comme les houssines, cravaches longues utilisées pour le dressage des chevaux. Il se prête bien à la taille et à l'art topiaire. Il en existe de nombreuses variétés, aux feuilles panachées de blanc-crème ou de jaune, avec ou sans épines, aux baies rouges ou jaunes. Les feuilles sont moins piquantes lorsque le houx vieillit, mais elles sont redoutables lorsqu'il est jeune !

Le houx, toujours vert au cœur de l'hiver et si décoratif, participe aux fêtes de fin d'années, avec le gui. On dit que le houx protégea Jésus, Marie et Joseph lors de leur fuite en Égypte contre les soldats d'Hérode. Marie lui donna sa bénédiction et le houx devint le symbole de l'immortalité. Marquant le solstice d'hiver, il est censé protéger, suspendu dans l'étable, les animaux de diverses maladies (dartres, fièvres, diarrhées...) et bien sur, les maisons. Si vous l'accueillez dans la vôtre, n'oubliez pas d'informer vos enfants sur la toxicité de ses beaux fruits rouges.


 

N.B. Il ne faut pas confondre le houx avec le petit houx ou fragon, arbrisseau méditerranéen voisin de l'asperge dont le rhizome est utilisé comme vasoconstricteur.

 


 

 

Photo 2: Feuilles de blette.  

 

 

 

 

LA RECETTE DU MOIS

 

 

 

LA TORTA DI BLEA



 

Il y a la blette ou bette à feuilles utilisée pour son feuillage... Il y a la bette à carde ou poirée utilisée pour ses côtes que l'on déguste une fois les fibres retirées... Et il y a la betterave utilisée pour sa racine charnue! Toutes ces plantes potagères de la famille des Chénopodiacées proviennent d'une seule espèce: la bette maritime, spontanée près de la Méditerranée et de l'Atlantique. Dans la région niçoise et en Italie du nord, les blettes à feuilles et les blettes sauvages sont largement cuisinées en tourtes salées et sucrées, en omelettes, en boulettes... Les Romains en faisaient aussi une grande consommation qui se terminait parfois en coliques, car les blettes sont laxatives! Les Niçois ne sont-ils pas, parfois surnommés de « caga bléa »?... ce qui, je crois, se passe de traduction!

Avec un père niçois et une mère piémontaise, les blettes m'accompagnent depuis ma tendre enfance. Et je ne manque pas de recettes pour les savourer. Je commence par un classique des desserts du comté de Nice: la tourte sucrée de blettes, la fameuse torta di bléa qui peut très bien figurer parmi les treize desserts provençaux, le soir de Noël, en compagnie des classiques noix, noisettes, amandes, dattes, pompe à huile, nougats blanc et noir, pâte de coing, calissons d'Aix, agrumes, etc...

 

Voici la recette!

Faites une pâte sucrée avec 500 g. de farine, 200 g. de beurre, 100 g. de sucre, 2 œufs, 1 pincée de sel et de l'eau pour amalgamer l'ensemble et former une belle boule de pâte! Personnellement, je fais une simple pâte brisée non sucrée avec de la graisse végétale et un filet d'huile d'olive. J'aime bien mélanger de la farine d'épeautre à la farine de blé, et quelques graines de lin! Mais je m'égare alors de la recette traditionnelle!

Pour la garniture, il faut nettoyer et laver un beau bouquet de blettes. Si les côtes sont importantes, réservez-les pour une autre préparation. Formez avec les feuilles des rouleaux que vous trancherez finement. Certaines personnes lavent encore la chiffonnade de blette pour en ôter l'amertume, ce que je trouve regrettable! Dans une terrine, mélangez le vert de la blette avec 2 œufs entiers et battus, 150 g. de raisins secs qui auront préalablement macérés dans du rhum, 100 g. de pignons, une giclée d'eau-de-vie, 150 g. de sucre cassonade ou de vergeoise brune, 50 g. de parmesan râpé (eh oui!), une pincée de poivre noir et un filet d'huile d'olive. Mélangez bien tous les ingrédients. Partagez la pâte en 2 boules égales. Abaissez la première à l'aide d'un rouleau à pâtisserie. En garnir le fond d'une grande tourtière beurrée. Étalez-y la garniture et disposez joliment sur le dessus une rosace de tranches de pommes reinette. Abaissez la deuxième boule de pâte et plaquez-la sur la garniture. Soudez bien les bords et enlevez l'excédent de pâte. Dessinez le dessus avec une lame de couteau. Faites cuire à four chaud pendant une quarantaine de minutes. Lorsque le dessus est bien doré et que la tourte se détache des parois de la tourtière, c'est cuit! Saupoudrez la tourte de sucre en poudre ou de sucre glace.

La torta di bléa se mange tiède ou froide. Elle se conserve plusieurs jours, mais n'a, en général, pas l'occasion de rassir...

 

 


 

 

                                                                               

              JOINDRE LAURENT OCCELLI

       

 

            POUR REVOIR LES RUBRIQUES ET ARTICLES  PRECEDENTS DE

                                                                                               "LA DÉPÊCHE DE LAURENT" CLIQUER SUR :  

                                                                                                                                        HISTORIQUE DE LA DÉPÊCHE

          

 

                                                                                         

          

          

           IMAGES DE CHINE

           L'OBJECTIF DE JACQUES

           LES IMAGES DE LA BROCANTE

           PAGE D'ACCUEIL