LA DÉPÊCHE DE LAURENT

 

            PARLONS DU PAYS

            

            #  Retrouvez mes articles du "coin des herbes" tous les vendredis sur le bi-hebdomadaire  LA DÉPÊCHE D'AUVERGNE.

            Cette semaine:  LES LENTILLES D'EAU.

           #  Écoutez-moi tous les samedis à 11h. pour le "brin d'herbe" sur  RADIO MARGERIDE.

             

           #  MES CONFERENCES, dans le cadre de l'Université Inter-âges de la Haute Auvergne.

                        Thème: Les fleurs comestibles

                         le 8 janvier 2008, 18 h. à Murat, cinéma l'Arverne. 

                         le 8 février, 18 h. à Pierrefort, salle polyvalente.

                        Courant mai (date à préciser) à Aurillac.

 

                      5€ pour les non-adhérents à l'U.I.H.A.

                       

 

 

           LE COIN DES PLANTES

 

                    Photo 1: L'hellébore fétide.

                                              

   

L' HELLÉBORE  FÉTIDE


                  Le nom peu engageant de cette plante ne doit pas lui enlever sa beauté originale! Qu'importe le froid, l'hellébore fétide, robuste, émerge en plein coeur de l'hiver. Son allure caractéristique se rencontre dans les haies, les taillis, les broussailles et bois clairs, de préférence sur terrains calcaires et jusqu'à environ 1600m. d'altitude. Ses feuilles palmées lui ont valu le nom populaire de « pied de griffon », non pas la race de chien, mais l'animal fabuleux! L'inflorescence décorée de bractées vert-jaunâtre laisse pendre de nombreuses fleurs en cloche, vertes, bordées d'un joli liseré rouge vineux. Le parfum de l'ensemble n'est certes pas très agréable, d'où le nom de la plante! Certaines espèces d'hellébores sont plus cotées, mais se rencontrent dans les jardins parce que rares ou inexistantes à l'état spontané. Citons par exemple la célèbre Rose de Noël (hellébore noir) et les nombreuses variétés de l'hellébore d'Orient. Les hellébores sont des purgatifs drastiques, des narcotiques et des vermifuges énergiques. Au XVIIè siècle, c'était le remède de la folie par excellence! On suspendait aussi la plante à la tête du lit d'un malade atteint de dartres. Lorsque la plante se desséchait, la personne était guérie. On cueillait la plante le jour mais on la mettait en place la nuit... Abandonné par la médecine populaire en raison de sa toxicité, l'hellébore fétide (« la marfiora » en patois local) a été repris par la médecine vétérinaire, notamment comme vermifuge. Dans les campagnes, on en faisait des « sétons »: on introduisait un morceau de la plante sous la peau de l'animal malade. Une inflammation se produisait, avec un écoulement séreux. L'abcès qui se formait était une action dérivative pour tirer le mal, et était censé renforcer le système immunitaire de l'animal. Les pratiques modernes semblent avoir mises l'hellébore aux oubliettes... Alors, plaisir des yeux seulement, vous éviterez ainsi leur vilaine odeur !


 


 

Photo 2: l'hellébore noir, plus connu sous son nom de " Rose de Noël ".

 

LA RECETTE DE LA SEMAINE

TORTELLINI IN BRODO

      Voici une recette traditionnelle du Piémont italien, servie à l'époque, à l'occasion des fêtes ou en signe de bienvenue. Il suffit de faire un bouillon avec un os de veau et d'y faire cuire tortellinis ou capellettis. On sert ce plat bien chaud et chaque convive mettra à son goût du parmesan râpé dans son assiette. Ma recette est plus riche au niveau des ingrédients! Dans un poêlon en fonte, faites chauffer un peu d'huile d'olive. Jetez-y quelques gousses d'ail écrasées au poing, et quelques légumes de son choix coupés en dés (carottes, courge, chayottes) bien qu'ils ne soient pas obligatoires. Lorsque le parfum alliacé se fait sentir avec les légumes revenus, versez 1 litre d'eau ou de bouillon de volaille ou de pot-au-feu (on peut mettre aussi dans l'eau un bouillon cube!) . Salez et laissez cuire tranquillement. Quand les légumes sont presque cuits, ajoutez quelques feuilles de sauge ciselées et 250 grs de tortellinis secs. Ils cuisent en général en 10 mn. Servez chaud et n'oubliez pas de mettre du parmesan et un peu de poivre dans vos assiettes! Cette recette suffit pour 4 personnes ou 2 gros mangeurs!

 Cette recette peut étonner les adeptes des pâtes farcies en sauce. Je pense à une anecdote familiale. Lorsque ma mère, lors de son voyage de noces, présenta mon père à sa famille italienne, il eut certes droit aux fameux tortellinis in brodo. Niçois habitué aux raviolis sauce daube, il attendait devant son assiette qu'on veuille bien lui enlever l'eau de cuisson! Ce fut la première et dernière fois qu'il mangea ce plat!...                                     

                                                                               

              JOINDRE LAURENT OCCELLI

       

 

            POUR REVOIR LES RUBRIQUES ET ARTICLES  PRECEDENTS DE

                                                                                                "LA DÉPÊCHE DE LAURENT" CLIQUER SUR :  

                                                                                                                                           HISTORIQUE DE LA DÉPÊCHE

 

           L'OBJECTIF DE JACQUES

           LES IMAGES DE LA BROCANTE

           PAGE D'ACCUEIL